JUDO de FRANCE Les plus belles victoires sont celles que l'on gagne sur soi-même
Carcassonne
0643446571
petite histoire pour reflechir : oublier le covid
le pecheur et le Samourai
 
Voila prés d'un an, au mois de Mars 2020, nous étions privés d'activité sportive, de Judo à cause d'une bactérie qui menaçait, à tort ou à raison de nous faire rejoindre les terres aux neiges éternelles. Par à coups, modestes et tres courts, nous avons pu fouler nos tatamis, pour aussitôt être renvoyés au repos forcé.
Dans l'attente d'un printemps libérateur, du moins faut-il l'espérer, qui nous permettrait de subir les durs affrontements des kumikatas sur nos tatamis et mouiller nos kimonos qui attendent sagement pendus dans nos armoires, j'ai pensé qu'une petite légende judo adoucirait notre attente.
Cette historiette tirée de recits anciens est aussi porteuse d'une pensée que l'on pourrait attribuer soit à Confucius soit à Lao Tseu mais qui bien réfléchie peut nous aider dans bien des situations. 
Tout commança dans le Japon Ancien. Il y avait un samourai très connu pour sa grande générosité notamment envers les êtres humbles.
un jour ilui fut confié une mission dans un village. une fois sa mission accomplie alors qu'il était sur le point de rentrer chez lui il apperçut un pêcheur avec une expression très triste. il lui semblait que celui-ci sanglotait, il décida alors de s'approcher de celui-ci et de lui demander quel était le motif de sa tristesse.
Le pêcheur lui raconta qu'il était sur le point de perdre son bateau parce qu'il devait de l'argent à un commerçant de la région. N'ayant pas de quoi rembourser le commerçant, celui-ci avait décidé de lui confisquer son petit bateau en garanti. Le pêcheur ajouta, que s'il le perdait il n'aurait plus le moyen de travailler et sa famille mourrait de faim. 
Le samourai l'écouta attentivement. Son noble coeur fut ému par l'histoire du pêcheur et sans la moindre hésitation, il prit de l'argent dans son sac et le tendit au pauvre pêcheur ajoutant à son geste : "ce n'est pas un cadeau " . Il pensait qu'il n'était pas bon de donner des choses dans la mesure ou cela stimulait la paresse.
" Il s'agit d'un prêt. Je reviendrais dans un an et tu devras me rembourser l'argent. Je ne prendrais aucun intéret "
Le pêcheur étonné ne parvenait pas à y croire. Il promit de le rembourser et le remercia chaleureusement pour son geste.
Un an aprèsle samourai revint au village. Il espérait rencontrer le pêcheur et que celui-ci lui rembouserait l'argent qu'il lui avait prété.
Une grande émotion le saisit en pensant à cette rencontre. Il espérait que son aide lui avait permis d'améliorer ses conditions de vie.
La rencontre ne fut pas ce qu'il avait espéré. Le samourai chercha le pêcheur à l'endroit ou ils s'étaient rencontrés un an auparavant mais il ne trouva rien pas ame qui vive.
Il demanda aux autres pêcheurs mais ces derniers demeurèrent muets.Finalement l'un d'eux lui indiqua ou vivait la personne qu'il cherchait.
Le samourai ce rendit a l'adresse indiquée et ne trouva que l'épouse du du pêcheur et ses enfants. Ils jurèrent ne pas savoir ou se trouvait celui-ci mais le samourai se rendit compte que ces derniers mentaient. Il partit donc à la recherche du pêcheur. Le samourai soucieux de rentrer dans ses fonds se mit en colère. Il lui semblait inadmisible que sa générosité soit payée par un vol. L'homme se cachait.
Il commença donc par le chercher sous les rochers et le trouva près d'une falaise. A la vue du samourai le êcheur fut terrifié. Il réussit néamoins à lui dire que la pêche avait été trés mauvaise et qu'il n'avait pas l'argent pour le payer.
" ingrat cria le samourai, je t'ai aidé lorsque tu en avais le plus besoin et tu as décidé de me payer ainsi " le pêcheur ne savait que dire. Alors le samourai brûlant de colère prit son épée pour punir le pêcheur.
Je suis désolé déclara le pêcheur le pêcheur qui ajouta les mots suivants:

 
illustration-d-un-pecheur
" SI VOTRE MAIN SE LEVE, RESTREIGNEZ VOTRE COLERE, SI VOTRE COLERE MONTE, RESTREIGNEZ VOTRE MAIN " le samourai s'arreta. Cet homme humble avait raison. Sa colère se dissipa et les deux convinrent d'un délai supplémentaire d'un an pour payer la dette.
Ils se séparèrent et le samourai reparti vers son domicile.Lorsque le samourai arriva chez lui encore choqué par les mots prononcés par le pêcheur, il vit de la lumière provenant de sa chambre. C'était étrange car il était dèja très tard. Il s'approcha furtivement et remarqua que sa femme était au lit. Néamoins elle ne semblait pas seule, quelqu'un était couché à ses cotés.
L'homme s'approcha et remarqua qu'il s'agissait d'un samourai. Sans hésitation aucune, il sortit son sabre, s'approcha lentement et était sur le point d'entrer, de venger son honneur et de commettre une folie, lorsqu'il se rappela soudain les paroles du pêcheur : " si votre main se lève .... " il prit alors une profonde inspirationet cria simplement : " je suis de retour ".
Sa femme sortit de la chambre heureuse de le saluer, suivie de la mère du samourai " regarde dit elle qui est là ".
Elle avait eu peur de rester toute seule c'est la raison pour la laquelle elle avait demandé à sa belle mère de l'accompagner. La mère du samourai avait endossé les v^tements de son fils au cas ou un voleur arriverait pour les attaquer. Il penserait qu'il s'agissait d'un guerrier et ne se serait pas approché.
Un an plus tard, le samourai se rendit à nouveau à la rencontredu pêcheurefin de mettre un terme à leur histoire. Il retrouva celui-ci au village des pêcheurs, celui-ci l'attendait tout sourire, il disposait de l'argent et des interets car l'année avait été une bonn année.
En le voyant le samourai l'étreignit fou de joie. " garde cet argent lui dit il. Tu ne me dois rien. C'est moi ton débiteur : " souviens toi de tes paroles " si votre main se lève.... "
Ainsi se termina l'histoire du pêcheur et du samourai.
Nous n'avons pas de sabre bien que parfois nos paroles puissent être pire que des sabres alors : "  si le ton monte, modère tes paroles et si ta colère monte tais toi " 
 
 
Les longs moments d'inactivité ne sont pas propices au maintiens de son corps en forme et, sans vouloir devenir un apollon, un de ceux que l'on regarde avec envie à qui on jalouse " ses tablettes de chocolat " un peu d'exercice ne fait pas de mal et il est toujours bon de solliciter ne serais ce qu'une petite demi heure par semaine son corps et ses muscles en prévision de la reprise des entraînements interrompus pas le virus que l'on sait. 
j'ai retrouvé dans une revue vieille de plus de soixante ans un entraînement préparatoire au judo  préconisé par les anciens maîtres du Kodokan qui ressemble en tous points à celui que l'on pratique dans notre Académie et certainement dans bien d'autres clubs de judo.
Ces exercices ne sont pas contraignants et s'inscrivent bien dans un programme de maintien physique et préparent sans une grande containte à la reprise des entrainements car je crois fermement que dans un avenir proche les salles de judo et autres sports pourront à nouveau accueillir les pratiquants qui n'en peuvent plus d'attendre.
 
001
Le conseil de défense a à nouveau frappé.. Le Premier Ministre nous l'a annoncé: le sport en salle n'est pas autorisé ce qui veut dire que le judo ne peut pas reprendre ou plutot si, mais a condition de respecter la distentiation.
Cela dans notre Académie nous ne savons pas faire. 
Alors nous allons attendre que ce virus, ces virus, et son copain importé de grande bretagne autrement dit d' Angleterre veuillent bien disparaitre dans la nébuleuse des maladies vaincues ou fatiguées de casser la vie aux faibles humains que nous sommes. Tout à une fin, encore faut-il en connaitre la date. Il est vrai qu'avec toutes les informations qui nous sont servies à longueur de journées l'issue est tres incertaine car peut être fantaisiste ( mais la ce n'est que mon opinion ).
Attendons le 20 Janvier puisque au départ il semblait que tout allait se résoudre à cette date là.
Avec la résurgence semble-t-il de ce maudit microbe rien n'est moins sur et la date avancée du 20 Janvier risque de devenir obsolète. Nous verrons bien.
Pour notre discipline cette année sera une année blanche peu d'entrainement et la mémoire étant ce qu'elle est à la reprise tout ou presque sera à revoir sur le plan technique mais aussi sur le plan physique car sans activités notre corps a tendance a s'assoupir voire s'endormir.
L'envie et le désir feront des miracles pour que chacune et chacun retrouve vite son niveau et que la saison prochaine soit pleine de promesses.
Boudha darma159
Nous étions semble-t-il sortis du confinement Franck et moi-même étions fin prêts à vous accueillir et le 16 Décembre nous avons rouvert la porte du Dojo. A part un ou deux éléves tous etaient présent pour ce nouvel entrainement.
C'etait mal connaitre le microbe chinois puisque dès le lendemain on nous annonçait à nouveau la fermeture des lieux. Le rêve était passé . Attendons des jours meilleurs. 
Les stages prévus pour les 22, 23, 28 et 29 Décembre sont donc annulés et reportés à une date ultérieure.
Cette nouvelle interruption devrait aller jusqu'au 20 Janvier 2021 si tout va bien et si ce maudit corona ne s'invite pas à nouveau chez nous et ne nous oblige encore a nous confiner ce qui avouons le va devenir une habitude ( mauvaise ).
Nous aurions pu, peut etre, poursuivre notre activité à la condition de faire du judo sans contact ce que nous ne savons pas faire et qui équivaut à conduire une voiture sans moteur.
Malheureusement notre discipline ne se pratique qu'avec un contact étroit avec son partenaire et je ne vois pas comment on peut projeter un adversaire sans le toucher à moins d'avoir des pouvoirs spéciaux que nous n'avons pas intégrés dans notre formation ( plus de 60 ans de pratique )
Pour nous consoler, nous savons que nous ne sommes pas les seuls mais nous envions quand même ceux qui peuvent courir le nez au vent sans aucune ou très peu de contraintes.
Ce soir Dimanche 19 Décembre, un conseil de défense se tient à Paris pour discuter sur la suite à donner aux jours qui viennet et j'ai bien peur que, à nouveau, le conseil scientifique ne fasse des siennes.
Attendons nous à un nouveau tour de vis malgré le raz le bol de toute ou du moins une grande partie de la population qui n'en peut plus.
Nous vous tiendrons au courant de la suite des événements.et de toutes les façons:
           " Nul ne peut atteidre l'aube sans passer par le chemin de la nuit "  Kalil GIBRAN Poete libanais
 
     BON NOEL ET  JOYEUSES FETES A TOUTES ET TOUS
.
 

FINI ....PAS FINI ....?? Fini semble - t -il

 
 
Fini le covid et le confinement ? à en croire les annonces faites il y a quelques jours oui..
mais partiellement certains de nos compatriotes sont encore " punis " et devront attendre le 20 Janvier pour se retrouver plus ou moins déconfinés. 
Pour ce qui nous concerne, la pratique du sport, le judo en l'occurence, nos enfants vont pouvoir reprendre le chemin des tatamis à partir du 15 Décembre.. si tout va bien d'ici là.
Rendez-vous donc le 16 Décembre au Dojo de Villalier pour la reprise et non le 15 car ce jour la c'est un Mardi et nos entrainements ont lieu le Mercredi.
Rendez-vous donc le 16 a l'heure habituelle en pleine forme. Franck et moi-même seront la pour vous accueillir.
J'allais oublier une bonne nouvelle. Pour rattraper un peu les séances interrompues pour cause de covid, je vous propose deux jours de stage GRATUITS le 21 et 23 Décembre et ensuite deux nouveaux jours toujours GRATUITS le 30 et 31 Décembre. Cela permettra une remise à niveau.
De plus amples renseignements vous seront donnés le 16 Décembre jours de la reprise.   
200105_120602 Nolhan et Chep
IMG_20201022_0007 Tamara guruma

confinement quand tu nous tient

Nous avions repris le chemin des tatamis dans notre beau Dojo de Villalier, les cours se déroulaient parfaitement, les judokates et judokas appreciant la reprise des activités et puis patratac tout est à nouveau stoppé. Le faute a qui ? à un virus venu semble-t-il de l'empire du milieu ou bien si celui-ci a muté comme un scientifique l' a dit, du fin fond de l'Europe. Quoiqu'il en soit ce maudit petit truc ayant fait peur a nos gouvernants et à certains de nos scientifiques , tous deux se préoccupant de notre santé sans que nous n'y puissions rien, la pratique du Judo et de bien d'autres sports a été à nouveau interdite par crainte de nouvelles contaminations. Vrai ou pas il nous est interdit jusqu'a nouvel ordre de pratiquer notre activité préférée. Pourtant tous les médecins sont d'accord pour vanter les mérites et bienfaits du sport. 
Nous ne jugerons pas ce nouvel confinement ce n'est pas notre rôle d'éducateur ni de Professeur de judo d'émettre une quelconque opinion sur le bien fondé de la mesure nous regrettons tout simplement que tout ait été arrêté et qu'encore une fois nous fassions les frais du confinement.
Espérons, souhaitons tout simplement que nous ne soyions pas obligés de poursuivre au dela de la date fixée, semble-t-il début Décembre, cette interdiction de revetir le kimono. 
De touts façons cette saison, 2020 / 2021 sera a marquer, non pas d'une pierre blanche mais d'une pierre rouge en souvenirs des mauvais coups portés aux sports en général et au Judo en particulier.Dès que nous aurons des nouvelles de la liberté a pratiquer nous vous en avertirons.
Et n'oubliez jamais qu'en judo on plie mais on n'abandonne pas.
Bon confinement à toutes et tous.
 

Erratum

L'erreur est humaine et personne n'y echappe. Dans notre dernière info concernant la reprise du judo à Villallier,  j'ai eu la malheureuse faute de nommer un parent d'èlève, un ami qui plus est, important  a plus d'un titre, RIOU au lieu de DRIOU. Qu'il veuille bien m' excuser pour cette faute de frappe. Promis elle ne se représentara plus. Il faut lire en effet Marc DRIOU et non riou
H. B
 
Pub affichette Villallier
 

Plus QUE QUELQUES JOURS

Plus que quelques jours en effet avant que nous ne reprenions le chemin des tatamis avec quelques petites contraintes. Je dis bien petites car grace à la Municipalité de Villalier, à son maire Mr ZOCCARATO, l'adjointe aux sports Joêlle LAMUR et tout le conseil municipal dont Mr Marc RIOU, nous avons pu nous installer dans un local super acceuillant et installer nos tapis.
Nos remerciements les plus sincères aussi au personnel municipal qui en une après midi ont réussi l'exploit de nettoyer le couloir d'entrée au club.
Un grand merci a eux.
Les tatamis sont installés certes mais reste encore à décorer et disposer tout autour les protections. Tout cela se fera petit à petit sans précipitation.
Nous vous attendons nombreux le Mercredi 30  à 16 h30 en kimono pret à subir les grogements de votre sensei Henry tout aussi impatient que vous de retrouver les tatamis et vous. 
Ci-contre les renseignements concernant la date des inscriptions, de la reprise des cours, et surtout le lieu ou vont se tenir les inscriptions et les cours de judo.
Petite précision, les nouveaux inscrits bénéfierons d'une séance gratuite pour qu'ils puissent ressentir l'envie ou pas de poursuivre leur initiation. Pour cela, pour le premier cours, il y a lieu que les enfants soient revétus d'un pantalon de jogging et d'un teeshirt  et munis d' une paire des tongs
 

LA REPRISE

LA  REPRISE
Votre club, le judo club de Conques-Villalier va prochainement reprendre ses activités, le 30 Septembre 2020.
Cette reprise ne sera pas identique à la saison passée  à cause de cette fichue pendémie qui nous a privé d'activités pendant pres de 7 mois.
Ci-contre nous indiquons les différents textes à appliquer pour que tout se passe pour le mieux. Ceux ci sont lire et à nous tous de les appliquer au mieux pour éviter un incident qui nous forcerait à fermer à nouveau la salle et arreter ainsi la poursuite, pendant un certain temps, des entrainements. Alors prenons conscience de notre responsabilité et faisons en sorte que tout se passe pour le mieux, ce dont je ne doute pas un seul instant. 
 
IMG_20200907_0001  COVID
 

Regles sanitaires covid

Nous allons prochainement retrouver les tatamis et reprendre nos entrainements encore une ou deux formalités a finaliser et nous pourrons installer les tatamis du Dojos Audois.
Je vous indiquerais en temps voulu le lieu et les horaires d'entrainement. En ce qui concerne la reprise, quelques régles seront a observer pour respecter les consignes données par le Ministère des Sports a savcoir :
1- Le port du masque n'est plus obligatoire dans la salle de Judo mais il doit être à nouveau mis lorsque l'on quitte la salle
2- Vous devez vous présenter à la porte de la salle en kimono. Vous devez vous habiller chez vous
3- Avant d'acceder aux tatamis vous devez vous soumettre à une prise de température et donner votre nom à la personne chargée de l'enregistrer
4- Obligation de se laver les mains avec une solution hydro alccolique ainsi que les pieds qui seront pulverisés de cette solution avant de les poser sur le tatami
5- Les deplacemets hors tatamis pour diverses raisons doivent être fait en tong ou savatte et pour entrer a nouveau sur l'aire d'entrainement procéder comme en 4
 
 
 

Tout d'abord le confinement

Nous, comme tous nos compatriotes, avons cessé nos activités car un vilain virus appelé coronavirus est venu semer la panique en laissant parfois des morts, plongeant les familles dans le désaroi le plus complet.
Ce virus venu de " l'Empire du milieu " autrement dit la Chine n'a apparement a l'heure actuelle aucun traitement qui puisse le combattre et ce ne sont pas les annonces confuses de docteurs en medecine ou de membres du gouvernement qui peuvent nous rassurer car venant de diverses sources souvent incomprehensibles pour la plupart de nous autres.
Ce que nous savons c'est que nous ne pouvons plus nous adonner à notre discipline préférée car les gestes barrière ne nous le permettent pas. Se laver les mains, ne pas être trop proche les uns des autres, au moins un metre de distance, utiliser du gel hydroalcoolique, porter un masque peut être, tout cela n'est pas trés compatible avec la pratique du judo.
Il n'empeche,  ce n'est pas ces contraintes qui vont nous faire oublier les bons pricipes de notre art et nous savons, comme le saule de la légende plier, mais ne pas rompre et nous serons encore plus forts lorsque nous reprendrons le chemin des tatamis revétus de notre bon vieux kimono.
Le déconfinement approche: le judo....attendons l'avis des experts....car en fait ce deconfinement ne le sera que sous conditions
 

bonjour
les
samourais

Bonjour les loulous j'espère que le déconfinement vous a permis de profiter de votre nouvelle liberté.
Par contre est ce que vous avez, pour vous occuper, continué à parfaire la connaissance du Kata que je vous avais mis sur le site ?
A la reprise, lors des évaluations vous serez interrogés sur vos connaissances de ce Kata et vous serez jugés sur son exécution. 
N'hésitez pas à me joindre par téléphone si vous voulez d'autres renseignements.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Voila prés d'un an, au mois de Mars 2020, nous étions privés d'activité sportive, de Judo à cause d'une bactérie qui menaçait, à tort ou à raison de nous faire rejoindre les terres aux neiges éternelles. Par à coups, modestes et tres courts, nous avons pu fouler nos tatamis, pour aussitôt être renvoyés au repos forcé.
Dans l'attente d'un printemps libérateur, du moins faut-il l'espérer, qui nous permettrait de subir les durs affrontements des kumikatas sur nos tatamis et mouiller nos kimonos qui attendent sagement pendus dans nos armoires, j'ai pensé qu'une petite légende judo adoucirait notre attente.
Cette historiette tirée de recits anciens est aussi porteuse d'une pensée que l'on pourrait attribuer soit à Confucius soit à Lao Tseu mais qui bien réfléchie peut nous aider dans bien des situations. 
Tout commança dans le Japon Ancien. Il y avait un samourai très connu pour sa grande générosité notamment envers les êtres humbles.
un jour ilui fut confié une mission dans un village. une fois sa mission accomplie alors qu'il était sur le point de rentrer chez lui il apperçut un pêcheur avec une expression très triste. il lui semblait que celui-ci sanglotait, il décida alors de s'approcher de celui-ci et de lui demander quel était le motif de sa tristesse.
Le pêcheur lui raconta qu'il était sur le point de perdre son bateau parce qu'il devait de l'argent à un commerçant de la région. N'ayant pas de quoi rembourser le commerçant, celui-ci avait décidé de lui confisquer son petit bateau en garanti. Le pêcheur ajouta, que s'il le perdait il n'aurait plus le moyen de travailler et sa famille mourrait de faim. 
Le samourai l'écouta attentivement. Son noble coeur fut ému par l'histoire du pêcheur et sans la moindre hésitation, il prit de l'argent dans son sac et le tendit au pauvre pêcheur ajoutant à son geste : "ce n'est pas un cadeau " . Il pensait qu'il n'était pas bon de donner des choses dans la mesure ou cela stimulait la paresse.
" Il s'agit d'un prêt. Je reviendrais dans un an et tu devras me rembourser l'argent. Je ne prendrais aucun intéret "
Le pêcheur étonné ne parvenait pas à y croire. Il promit de le rembourser et le remercia chaleureusement pour son geste.
Un an aprèsle samourai revint au village. Il espérait rencontrer le pêcheur et que celui-ci lui rembouserait l'argent qu'il lui avait prété.
Une grande émotion le saisit en pensant à cette rencontre. Il espérait que son aide lui avait permis d'améliorer ses conditions de vie.
La rencontre ne fut pas ce qu'il avait espéré. Le samourai chercha le pêcheur à l'endroit ou ils s'étaient rencontrés un an auparavant mais il ne trouva rien pas ame qui vive.
Il demanda aux autres pêcheurs mais ces derniers demeurèrent muets.Finalement l'un d'eux lui indiqua ou vivait la personne qu'il cherchait.
Le samourai ce rendit a l'adresse indiquée et ne trouva que l'épouse du du pêcheur et ses enfants. Ils jurèrent ne pas savoir ou se trouvait celui-ci mais le samourai se rendit compte que ces derniers mentaient. Il partit donc à la recherche du pêcheur. Le samourai soucieux de rentrer dans ses fonds se mit en colère. Il lui semblait inadmisible que sa générosité soit payée par un vol. L'homme se cachait.
Il commença donc par le chercher sous les rochers et le trouva près d'une falaise. A la vue du samourai le êcheur fut terrifié. Il réussit néamoins à lui dire que la pêche avait été trés mauvaise et qu'il n'avait pas l'argent pour le payer.
" ingrat cria le samourai, je t'ai aidé lorsque tu en avais le plus besoin et tu as décidé de me payer ainsi " le pêcheur ne savait que dire. Alors le samourai brûlant de colère prit son épée pour punir le pêcheur.
Je suis désolé déclara le pêcheur le pêcheur qui ajouta les mots suivants: